L’étude BOREL & BARBEY

L’étude BOREL & BARBEY (http://www.borel-barbey.com) et l’OFFICE des FAILLITES de GENEVE (https://ge.ch/opf/) au milieu de la tourmente du système de l’avocat suisse Pierre-Alain SCHMIDT. 🇨🇭

L’enquête sur le système mis en place par l’avocat Pierre Alain SCHMIDT et ses nombreuses ramifications, notamment le couple infernal Charles BOEGLI et Annabelle BOEGLI de l’entreprise neuchâteloise de l’industrie du tabac BOEGLI GRAVURES SA (https://www.boegli.ch), nous révèle chaque jour, un lot de surprises ayant « son pesant d’or ». Le système très au point de « mise à mort sociale » de l’avocat PAS pour son client psychopathe, emmène dans son sillage l’étude d’avocats Genevoise BOREL & BARBEY.

Cette étude d’avocats connue pour théoriquement la qualité de ses associés et collaborateurs, a succombée aux chants des sirènes de l’équipe « BOEGLI, Pierre-Alain SCHMIDT et BRERO »… les honoraires, rien que de la facturation d’honoraires aura et va couter très cher à l’étude et en particulier à un de ses nouvel associé. Originellement simple collaborateur sans envergure ni talent de l’étude début 2017, l’avocat Pierre BYDZOVSKY (http://www.borel-barbey.ch/en/lawyers/pierre-bydzovsky) commence à sentir la douleur d’avoir voulu rentrer dans la vendetta du psychopathe Charles BOEGLI à l’encontre du promoteur immobilier très controversé Eric Arnoux dont nous nous étions attardés sur son curriculum vitae, il y a plus d’une année.

L’avocat Pierre BYDZOVSKY en prise avec la justice pénale

L’étude genevoise « BOREL & BARBEY »  et notamment le conseil en question en acceptent un mandat de la part de Charles BOEGLI dont la dénomination des plus étranges interpelle : « faire toute démarche à l’encontre de », se retrouvent face à la justice et à ses paires pour des délits pénaux, tels que : induction de la justice en erreur, escroquerie à la justice, démarche proactive, instigation à faux dans les titres et instigation à abus d’autorité auprès d’offices d’Etat, ainsi qu’atteinte et complicité d’atteinte aux intérêts pécuniaires d’autrui. Les plaintes et instructions en cours à l’encontre de l’avocat Pierre BYDZOVSKY terni inévitablement l’image de l’étude « BOREL & BARBEY », bien qu’ayant largement profité des sommes astronomiques d’honoraires collectées via le système PAS et son blanchiment de fraude fiscale. Les associés seniors et notamment Maître Luca BOZZO à l’origine du mandat savaient dans quoi ils engageaient l’étude, et le système adjacent de collecte d’honoraires pour l’OFFICE DES FAILLITES DE GENEVE.

Après avoir démarché de façon proactive de nombreuses personnes pour devenir des plaignants (l’Office des faillites de Genève en font partie) ou des témoins dans des procédures initiées pour leur client Charles BOEGLI, l’avocat Pierre  BYDZOVSKY a oublié de prendre les dispositions nécessaires pour protéger suffisamment chacune d’entre elles. Elles sont toujours à ce jour rémunérées et leurs frais de justice pris en charge en totalité par leur client psychopathe via le système mis en place de leur confrère Pierre-Alain SCHMIDT de l’étude « SCHMIDT & JATON et ass (SJA) ». Au-delà d’un comportement en total contradiction avec les « Us et Coutumes » de la profession d’avocat, mais aussi avec le droit pénal Suisse et Français. L’étau se resserre sur l’étude. D’après les informations recueillies sur ce sujet sensible concernant leurs manipulations successives de la justice et de la loi, est qu’ils ont « emmenés » dans leurs délits non seulement des « petits » plaignants manipulables qui se retrouvent dans une situation des plus délicates, mais surtout la très controversée Office des Faillites de Genève, dont 2 membres de leur direction sont sous les feux de procédures pénales. L’Office des faillites de Genève aurait bénéficié d’argent « sale » provenant du blanchiment de fraude fiscale.

L’office des faillites de Genève dans la tourmente du système PAS, aurait bénéficié d’aide financière provenant du blanchiment de fraude fiscale.

Aujourd’hui, dans une très mauvaise posture le substitut et son supérieur essaient tant bien que mal de sortir indemnes de leur comportement et de leurs décisions prises. Mais malheureusement, leurs fautes reconnues  notamment l’instigation de la part du cabinet d’avocat « BOREL & BARBEY » et de son associé Pierre BYDZOVSKY a été démontrée et révélée par le ministère public. Le substitut aurait même déclaré aux instances : « avoir toute confiance en son avocat », cela fait tâche, notamment qu’il est prouvé maintenant que l’argent utilisé pour payer les factures du conseil de l’Office des faillites de Genève n’est autre que de l’argent arrivant du blanchiment de fraude fiscale mis en place par l’avocat Pierre Alain SCHMIDT. La mauvaise image de l’office des faillites de Genève déjà créditée d’une très faible côte de popularité suite aux nombreux agissements de leurs substituts et de leur direction durant ces dernières années, ne va que se confirmer. Le manquement de sérieux et de responsabilité des protagonistes de l’Office éclatent au grand jour. Une odeur nauséabonde de corruption en cours d’instruction en ressort.

La responsabilité et l’implication de Pierre BYDZOVSKY et de l’étude d’avocat « BOREL & BARBEY » comme instigateur est maintenant prouvée. L’ombre de la société Alp Services (http://www.alpservices.ch/fr/Alp_Services_Detectives_prives_et_investigations_a_Geneve_en_Suisse.php) devrait très prochainement apparaitre dans la manipulation des services de l’état.

L’avocat ne visant à l’époque que le changement de son statut de simple collaborateur à une opportunité de devenir l’associé qu’il a toujours rêvé, n’a pas trouvé mieux pour arriver à son objectif, qu’impliquer et surtout « instiguer, mentir et corrompre » l’Office des Faillites de Genève. Il ressort des documents en notre possession qu’ils auraient sans en avoir ni le droit ni la qualité, participé et surtout initié des procédures civiles et pénales à l’encontre de personnes et de sociétés sous les recommandations et les ordres de l’avocat Pierre BYDZOVSKY. Il ressort des pièces que la subordination semble totale. Le plus grave si cela pourrait être nommé ainsi, les honoraires facturées sont pris en charge par une personne « anonyme » et présentée comme tel aux officiers de l’Etat par leur conseil. Il s’avère maintenant que les fonds sont de provenance des plus douteuses. Evidemment, la subordination étant totale, le substitut et son supérieur n’ont seulement rien vérifié mais surtout fermé totalement les yeux sur la provenance de ceux-ci.

Le procédé procédural étant insolite de par leur statut d’office étatique. La personne anonyme dernièrement révélé n’est autre que le psychopathe « industriel », comme aime se faire appeler Charles BOEGLI. Les mouvements d’argent qui ont permis de payer l’étude BOREL & BARBEY pour les procédures initiées par l’Office des Faillites de Genève, parvient du blanchiment de fraude fiscale mis en place par le système largement démontré de l’avocat véreux Pierre-Alain SCHMIDT.

L’étude en question est maintenant dans une situation de complicité de l’usage de ces fonds tout comme l’état de Genève responsable de tutelle de son Office des faillites, pour en avoir profité. Probablement étrangers à la fraude fiscale et à la gestion déloyale, les substituts en charge du dossier osent déclarer : « nous ne savons pas qui paye les honoraires de notre conseil », mais ne cherchent pas à le savoir pour autant. La réponse des plus légère ne fait que confirmer non seulement l’origine douteuse de la provenance des fonds, ainsi que l’opacité sur la façon de procéder. Il est peu probable que le substitut ou le sous-directeur de l’office des faillites ne soient pas un des complices « corrompus » du système PAS.

Le substitut Yann MEYER actuellement mis en prévention en Suisse et en France dans ce dossier, ainsi que le sous-directeur Olivier CRISPIN responsable du dossier devra répondre sur l’origine des fonds dont l’Office des faillites de Genève a profité. Jusqu’où leurs conseils l’étude BOREL & BARBEY et l’avocat Pierre BYDZOVSKY lui-même mal en point pourront les protéger et continuer à garder le silence ? L’instruction pénale à leur encontre nous le dira très rapidement, le ministère public et les élus Genevois ne pouvant se contenter de non réponses.

Lors de nos investigations, il s’avère que nous retrouvons l’avocat Pierre BYDZOVSKY de l’étude BOREL & BARBEY de Genève comme conseil personnel de Charles BOEGLI et Annabelle BOEGLI dans d’autres procédures dans le canton Vaudois cette fois-ci mandaté aux côtés du véreux Pierre-Alain SCHMIDT.

Le système de l’avocat Pierre-Alain SCHMIDT : une vraie histoire de famille !!!

Le système PAS (Pierre-Alain SCHMIDT) déborde sur plusieurs de ses confrères.

L’enquête en cours révèlera l’implication d’autres conseils Lausannois ayant aussi répondu au fameux « chant des sirènes » de Pierre-Alain SCHMIDT et de « l’industriel » Neuchâtelois.

Ca n’est malheureusement pas la première fois que l’avocat suisse fait parler de lui comme l’évoque la Tribune de Genève : https://www.tdg.ch/geneve/grand-geneve/Un-riche-habitant-plonge-Mies-dans-un-gouffre-financier/story/13173868